Ach je sais, je ne suis pas très prolixe … voire pas du tout.

Ca doit venir de ma vie tout ça.

 

Le fait de travailler, dans un poste où je me donne à fond, réveille mon côté hyperactif. Du coup, si pour certains l’appétit vient en mangeant, pour moi c’est l’activité qui vient en étant active.

Rester chez moi à nettoyer, frotter, laver, dépoussiérer, préparer les repas …. Ce n’est pas mon truc.

 

Je voue une admiration sans bornes aux femmes et hommes qui s’épanouissent en restant chez eux.

Moi j’ai besoin de sortir de chez moi pour mieux m’y épanouir.

 

J’ai besoin d’avoir une activité salariée pour recommencer à courir partout en râlant contre ce temps que je n’ai pas, ces journées trop courtes pour pouvoir faire tout ce que j’ai et que je dois faire.

 

J’ai besoin d’être active pour être active.

 

Même le mec qui suit mon dossier et qui me reçoit maintenant une fois par mois juste pour me dire c’est bien, continuez à chercher, même lui il me dit que plus que ce que je fais, je ne peux pas.

Continuez à chercher.

J’ai une envie sauvage de lui faire bouffer son ordi, le clavier et son putain de précieux quand il me dit ça.

 

Je sais que la comparaison est mauvaise, mais à chaque fois ça me renvoie à la naissance de mes enfants.

La première en siège, le second qui pesait 4k440 (je tiens aux 40g) et l’autre, là, qui me disait « poussez ».

JE POUSSE ! TU CROIS QUE JE FAIS QUOI ????? JE POUSSE !

 

Bref.

JE CHERCHE ! TU CROIS QUE JE FAIS QUOI ??????? JE CHERCHE !

 

Ma vie est toute bouleversée par ce trou énorme et ce temps que j’ai, tellement que je ne sais quoi en faire.

 

Par contre, il y a un truc qui ne change pas.

Quand il m’arrive quelque chose, une maladie, un bobo, Rahan s’arrange toujours pour avoir deux fois pire que moi dans les 48h qui suivent.

 

C’est scientifiquement prouvé et je dois te dire qu’il est super doué pour ça.

 

Ma chance à moi, c’est d’être rarement malade ou autre et je touche du bois, ma tête, en me faisant les cornes pour conjurer le mauvais sort. Et c’est heureux parce que je n’ose pas imaginer ce qui arriverait à Rahan si je devais être plus fragile que je ne le suis.

 

Le mois dernier, j’ai eu une petite rage de dents. Rien de grave, juste le truc qui te rend assez dingue pour avoir envie de t’exploser la tête contre les murs.

J’ai grévé (j’invente les mots que je veux) niveau nourriture, bobo oblige. Mais j’ai continué à faire ce que j’avais à faire, parce qu’il fallait le faire.

 

48h après, Rahan rentre en boitant de son stage. Le genou qui part en vrille, il ne sait pas pourquoi, il ne veut pas consulter, mais il souffre de la mort qui tue et IL TE LE FAIT SAVOIR !

Lui qui est capable de rester des heures entières vautré sur la banquette avec son ordinateur, la main droite greffée à sa souris et la gauche à son nouveau précieux …. Quand il s’est retrouvé avec le genou en vrille, il a passé son temps à se lever pour chercher un couteau, son tabac, son café, un cahier, son téléphone qu’il a posé à l’autre bout du carré, son stylo, son coussin ou même rien …. Le tout étant de passer mille fois devant moi en boitant, grimaçant et poussant des gémissements de douleurs.

 

Le problème avec Rahan, c’est que quelque soit son bobo, sur une échelle de 1 à 10, il placera toujours sa douleur à 10.

 

Alors tu as me dire que cool, vous vivez sur un bateau, il n’a pas beaucoup de pas à faire et du coup ça va quoi.

Tu plaisantes j’espère.

Sur un bateau, on ne peut pas se rater. C’est simple, si tu ne sais pas où est l’autre, c’est qu’il est là où tu ne peux pas être à sa place. On ne se cherche jamais, on sait toujours où l’autre se trouve.

Alors les boitillements, les grimaces et les gémissements, je les prends en pleine tronche toute la putain de journée, vu que du coup il ne part pas bosser et que moi, je n’ai pas de boulot.

 

T’as pas idée comme il m’éneeeeeeeeerve quand il a mal quelque part.

 

Depuis trois mois, et je pense que c’est lié au manque d’activité (le mien), je souffre d’une sciatique chronique. A part quand j’étais enceinte, je n’ai jamais eu de sciatique. Alors je prends mon mal en patience, il y a des positions que je ne prends pas, j’attends que ça passe et ça passe et je continue à faire ce que j’ai à faire.

Il faut que tu saches que pour ma part, je n’ai aucune tolérance à la douleur. Aucune. Mais je souffre en silence MOI.

Il y a quinze jours, j’ai eu une belle crise de sciatique et une fois n’est pas coutume, j’ai laissé un Rahan paniqué se coucher après moi en me glissant sous la couette à l’heure des poules, sachant que le lendemain j’irais mieux.

 

C’était le cas. Une nuit de repos et la douleur était partie au réveil.

 

48 heures plus tard …. Putain je devrais le savoir pourtant, je devrais le savoir et m’y préparer … je sais pas moi. Je me tape une angine, je me soigne vite vite en deux jours et je prends l’avion pour un voyage d’un petit mois au bout du monde. Voilà ce qu’il faut que je fasse.

Peut être que ce faisant, je pourrai briser la malédiction.

48 heures plus tard donc, je reçois un appel de Rahan, alors que je sortais d’un entretien d’embauche qui ne s’est pas conclu en embauche. Parait que je suis trop qualifiée, trop diplômée, trop ….. mon gruyère oui ! mais je m’égare.

 

Appel de Rahan donc.

 

-       Je suis chez l’ophtalmo, j’ai trop mal à un œil.

 

Ok. Alors il faut que tu saches que Rahan est très sensible des yeux, plus que le commun des mortels, parce qu’il souffrait de myopie depuis toujours et qu’il a fait partie des premiers opérés des yeux, sauf qu’à l’époque on le faisait au bistouri et pas au laser. C’était il y a bien longtemps mais du coup, ses yeux sont beaucoup plus fragiles que les autres. Et je rappelle son rapport à la douleur sur une échelle de 1 à 10. Au ton de sa voix, il était déjà à 15.

 

Je sens que je vais me préparer une belle soirée.

 

Une heure plus tard, Rahan me rappelle. Je n’ai pas besoin de le voir pour imaginer le tableau. Au stade terminal du terminus de la douleur, une main sur l’œil comme si on le lui avait arraché, le visage (le peu qu’il ne cache pas) d’une pâleur mortelle, le pas trainant.

 

-       J’ai un herpès.

 

Ok. LE BIG choc pour moi.

Ne me demande pas pourquoi, mais quand j’ai entendu herpès, j’ai pensé MST. Et comme je n’ai pas d’herpès, j’ai pensé tromperie. En un quart de millier de seconde, une sorte de boule brûlante m’a consumée toute entière, je me demandais comment j’allais gérer ça. Il m’a trompée, je le castre, je le quitte, je le vire, je retrouve la blondasse, je la massacre, comment je vais annoncer ça à nos enfants ? COMMENT IL A PU SE CHOPPER UN PUTAIN D’HERPES ????? et NON je ne suis PAS jalouse !

Du tout.

J’imagine Rahan le borgne, un rictus de souffrance et je l’entends s’effondrer sur la banquette.

Pour mourir.

 

-       Et t’as choppé ça comment ?

-       Le stress, surmenage …

Stress ???? surmenage ????? RAHAN surmené ????? il se fou de ma gueule là non ?

 

-       Mais …. Tu ne m’as pas dit que tu allais voir l’ophtalmo ?

 

Je ne sais même pas comment j’arrive à garder mon calme, à lui poser des questions aussi basiques alors que je meure d’envie de me dématérialiser pour apparaître devant lui et lui arracher l’œil valide, puisque l’autre est foutu.

 

-       Ben oui, j’ai vu l’ophtalmo.

-       Han han. Et donc …. L’ophtalmo …. C’est pas le docteur des yeux ?

-       (soupir d’agacement, de douleur, de dernier souffle ?) J’ai un herpès à l’œil !

 

Bon.

Alors de toi à moi, même pas je savais, moi, qu’on pouvait se chopper un herpès à l’œil.

Je sais, une fois que j’ai repris mes esprits et écarté la MST que ça existe autre part et que ça fait méga mal …. Mais à l’œil ????? tu savais ça toi ????

Ca, ça a été ma première réaction.

Celle-ci passée, j’ai pensé que putain, il est sacrément doué Rahan pour se chopper des trucs de pire en pire que même pas je pouvais deviner que ça lui arrive un jour.

 

Troisième pensée …. Oh putain ! les putains de beaux jours que je me prépare ….

Donc je rentre.

Evidemment, il agonise. Mais je sais que c’est douloureux.

Sauf qu’il agonise.

Oui oui, je sais, c’est très douloureux. J’ai compris.

Mais tu sais pas ce que c’est, toi, Rahan qui agonise.

 

Moi si.

La soirée s’écoule doucement, entre les soupirs de Rahan et les râles qui font sursauter un Timousse inquiet pour son papa qui souffre.

21h. Rahan est assis à côté de moi et il tressaute de douleur. Imagine, un gamin qui gigote sur le même canapé que toi comment ça peut te gaver.

Là, il arrive à me donner le mal de mer Rahan.

 

Oh putain la soirée que je vais me payer …. La nuit blanche qu’on se prépare ….

 

-       Tu es en arrêt combien de jour ?

-       Raaaaaaaa …. 10 jours Raaaaaaaaaa mais je dois Raaaaaaa retourner chez l’ophtalmo Raaaaaaa dans deux jours.

 

Oh putain dix jours. Et moi qui ne trouve toujours pas de boulot …. Ça va pas le faire.

 

Je fonce donc dans ma pharmacie préférée et je reviens avec un tout petit cachet tout rond tout blanc.

-       Tiens, avale.

-       Raaaaaaa … c’est quoi ? Raaaaaaaa

-       C’est pour ton bien, avale.

Et il avale le truc minuscule si laborieusement que j’en suis à me demander si l’herpès de son œil n’a pas déjà atteint la gorge, le cœur et les poumons.

 

-       Ok. Maintenant tu as 15 mn pour faire ta petite toilette, un pipi et au dodo.

 

De son œil valide, Rahan tente me dévisager. La douleur a laissé place à l'effarement.

 

-       Je t’ai filé un somnifère, dans 15 mn tu dors. Alors fais ce que tu as à faire avant.

 

Je pense qu’à ce moment là, Rahan m’a détestée au moins autant que moi je l’ai détesté quand j’ai cru qu’il s’était choppé une MST.

 

Mais tu sais quoi ? je m’en cognais. Parce que je savais que j’allais me payer une putain de bonne soirée et une vraie nuit.

Même si ce n’est pas un somnifère que j’ai filé à Rahan, vu que je n’en ai pas. Juste un truc aux plantes que le médecin lui avait déjà prescrit pour qu’il se détende et puisse s’endormir tranquillement. Et qu’il n’a jamais voulu prendre.

 

Mais comme Rahan ne prend jamais de cachet. Comme je lui ai fait croire qu’il avait avalé un somnifère …. L’effet de suggestion ou je ne sais quoi à fonctionné et 15 mn après, il dormait comme un bébé.

 

Et moi j’ai passé une super soirée à regarder quelques épisodes de la série la plus immorale qui soit de nos jours (en même temps, c’était dans le ton avec le coup que je venais de lui faire).

En même temps, désolée, mais c’est de bonne guerre. Il n’avait qu’à se débrouiller pour que je ne crois pas qu’il s’était choppé une MST.

 

Et tu sais quoi ? ben le lendemain soir ….

Eh ben oui. Même que c’est lui qui me l’a demandé.

 

Je parle du cachet hein !

Par contre, j’ai passé dix jours a-bo-mi-na-bles.

 

Faut vraiment que je me trouve un boulot et vite.