Par où je commence ?

Il s’est passé tellement de choses ces deux dernières années et en même temps, tellement rien.

Rien qui ne soit venu titiller mon clavier au point d’avoir envie de raconter ma vie ici, tu sais comme avant  … prenez-et-lisez-tous-ceci-est-ma-vie-livrée-pour-vous.

 

Il y a deux ans, quand on perdu Timousse à Londres et qu’on l’a retrouvé, Planeuse passait ses vacances d’été avec nous. Elle a quitté le dernier scooter bout de ponton en date pour un tout neuf. Enfin tout neuf …. Une très mauvaise occas’ à mon avis, mais bon.

 

Et celui-là, qu’elle a voulu absolument me présenter, celui-là, je ne l’ai pas aimé (quoi t’avais déjà deviné ????). Mais alors pas du tout. Je crois même que je l’ai détesté au premier regard. L’horreur.

Il a passé une semaine chez nous genre on est juste potes mon cul.

Dès qu’il est parti, Planeuse a voulu absolument qu’on parle de lui. Correction. Planeuse voulait absolument mon absolution, elle avait rencontré l’homme de sa vie.

 

Alors j’ai affirmé qu’effectivement il faisait super bien la bouffe (avec trois merdes, il nous pondait un plat digne d’un restau 50 étoiles). Heu …. Ah oui, il chante super bien. Et il joue super bien de la guitare.

 

Mais sinon, qu’est ce qu’il est con !

Ca va t’affole pas ! je ne lui ai pas balancé que putain qu’est ce qu’il est con !

C’est ma fille quand même !

J’ai attendu un peu pour le dire.

Je sais que j’aurais dû lui dire que tout ce que je souhaitais, c’était la voir heureuse, que c’était un chouette garçon, qu’il était beau et intelligent et qu’ils vivraient heureux et qu’ils auraient beaucoup d’enfants.

 

Sauf que je sentais déjà qu’elle ne serait pas heureuse. Qu’il était loin d’être chouette. Qu’il était moche en plus d’être con et que mon plus grand espoir était que ce mec ne se reproduise surtout pas. En tout cas pas avec ma fille.

 

Je sais que j’aurais du ….

 

Sérieux. J’ai pas pu. Rien qu’entendre son prénom, Adolphe, on va l’appeler Adolphe, pour que tu comprennes mon ressenti, rien qu’entendre son prénom (qui valait bien Adolphe) j’avais les poils au garde à vous. Même ceux que j’ai épilé.

 

Avant que tu ne me prennes pour une raciste, je te rappelle qu’on est tous des nains dans la famille. Les hommes ne dépassent pas le mètre soixante douze et les femmes le mètre soixante.

 

Ben, lui, quand on me demandait comment je le trouvais, je répondais invariablement. Il est moche, il est con, c’est un nain (pardon pour les nains, pardon, c’est vous faire injure) et il se prend pour un Dieu. Je le déteste.

 

Putain, rien que de reparler de ce con, j’ai mon clavier qui explose sous mes doigts et Rahan qui me regarde en coin en se demandant pourquoi je m’excite en serrant les mâchoires.

 

C’est dingue parce que tous les amoureux de Planeuse, je les ai soit beaucoup aimé soit trouvé justes gentils sans plus. Mais lui ….

Lui, il me rappelait son père. A Planeuse, pas à lui. Je ne le connais pas son père à lui. Il doit être sacrément con de toute façon, pour avoir appelé son fils Adolphe !

 

Donc j’ai dit le fond de ma pensée à Planeuse, puisqu’elle me le demandait.

C’est un con, il va te faire beaucoup de mal, il a un sérieux problème d’égo, c’est un manipulateur, c’est un malade, il traine trop de casseroles, il va te faire souffrir, t’es pas mère Thérésa, non tu ne vas pas le changer, c’est un pervers narcissique, tu vas te perdre avec lui, c’est ton père avec quelques décennies en moins. Ne fais pas les mêmes erreurs que moi. Sauve-toi.

 

Comme j’ai une grande influence sur Planeuse et qu’elle écoute tout ce que dit sa maman, puisque sa maman sait ce qui est bon pour elle et que sa maman veut avant tout la protéger, elle s’est installée avec lui dès qu’elle est retournée dans le grand nord.

 

Après, crois pas, je ne lui ai pas déclaré une guerre ouverte non plus. A Adolphe.

Une semaine après leur installation, je vois qu’Adolphe a balancé sur son mur FB en PUBLIC une photo de mon intérieur, avec Timousse (qui n’avait que 14 ans) en premier plan. Et une phrase à la con genre c’est chouette la famille.

 

MON FILS MINEUR ! MON CHEZ MOI ! en statut public, sur son mur de merde et c’est chouette la famille ?????????

 

J’ai passé deux jours à lui écrire un mail, parce que je ne voulais pas non plus réagir à chaud. Je l’ai relu pendant deux jours, corrigé, allégé de quelques connard et autre pauvre minable. Le premier mail faisait trois pages, ça m’a fait un bien fou. Le dernier retouché juste une page. J’étais contente de moi, je me trouvais claire, précise, pas trop insultante.

Qu’il ne ferait JAMAIS partie de MA famille. Que je lui INTERDISAIS de publier des photos de chez moi ET ENCORE MOINS de mon fils. Que je lui laissais 30 secondes après lecture de mon mail pour retirer TOUTES LES PHOTOS qui nous concernaient de son mur de merde. Qu’il y avait une loi pour le droit à l’image, que s’il s’avisait de recommencer, je me proposais de monter le voir pour lui expliquer à ma façon le fond de ma pensée. Etc. Rahan n’a pas aimé.

Alors je l’ai fait lire à une amie avant de l’envoyer, m’attendant à ce qu’elle valide d’un tu fais bien, il n’aura plus aucun doute. Mon amie n’a pas aimé.

Au final, je lui ai juste envoyé un laconique Je ne vais pas faire de scandale pour ne pas blesser ma fille, c’est pourquoi je te demande en privé de retirer toutes les photos qui nous concernent, tu n’as pas mon autorisation pour les publier, et encore moins en statut public. Pas la peine de répondre à ce mail. Et j’ai prévenu ma fille que je lui avait envoyé un mail à Adolphe, et que j’avais attendu qu’on me calme avant de l’envoyer.

 

Tout le monde a aimé.

 

Sauf lui.

 

Parait que mon mail l’a traumatisé.

Tu sais pas à quoi tu as échappé Adolphe !

 

Mais il a viré les photos.

Les mois ont passé et il a bien fallu que je me fasse une raison. Planeuse était très amoureuse. Et pour ne pas blesser ma fille, pour ne pas l’éloigner de moi aussi, j’ai ajouté un peu d’eau dans mon rhum et je n’ai plus jamais dit de mal sur lui.

Même lorsqu’elle m’appelait en larmes après une énième dispute violente.

 

J’ai tellement balancé d’eau dans mon rhum que j’ai accepté qu’il passe 15 jours - 15 PUTAINS DE JOURS - chez nous l’été dernier. Même que je me suis bien tenue.

 

Sauf que je ne l’aime toujours pas.

 

Je te jure, j’aurais tellement aimé me tromper. J’aurais tellement voulu pouvoir me dire que j’étais vraiment trop conne de m’être fait une fausse idée sur lui.

Il a fait beaucoup de mal à Planeuse et j’ai du me contenter d’être toujours là quand elle avait besoin de moi, puisqu’il avait aussi fait le vide dans ses amis.

 

Mais on ne va pas s’attarder sur ces deux ans durant lesquels ma fille a été vraiment malheureuse.

Elle avait besoin de vivre sa propre expérience. J’espère que ça l’a soignée.

 

Et moi, j’étais impuissante. Ce qui fait que je n'ai pas eu trop envie de venir m'épancher ici.

J’ai juste compté les mois. En général, Planeuse est en désamour à l’approche de deux ans d’amour. Alors j’ai essuyé les larmes de Planeuse un milliers de fois et j’ai compté les mois.

 

Et le grand jour est arrivé, Adolphe est enfin sorti de sa vie. Aussi violemment qu’il y était entré.

 

Planeuse s’en est remise plus vite que je ne pensais. Elle a débarqué la veille de ses 25 ans, superbe, transformée, épanouie.

 

Je l’ai même trouvée murie, autonome et ça m’a fait mal au ventre quand même parce que là, ton bébé, il a 25 ans et ton bébé, il n’a plus besoin de toi. Une jeune adulte. Douce, souriante, belle comme un cœur, qui travaille en terminant ses études ….

 

Il me reste un ado tu vas me dire. Mais bon. Ca fait bizarre.

 

Me retrouver en famille, au complet, j’étais folle de joie.

 

Et puis j’ai recommencé à retrouver mes shorts dans ses sacs de plage, à débarrasser le bordel qu’elle laisse sur la table avant de retrouver ses amis à la plage, à chercher des heures ma pince à épiler, à l’écouter me soutenir qu’elle ne comprenait pas que mon chargeur de précieux se soit retrouvé TOUT SEUL sur son lit, à lui répondre que non, je n’avais pas du tout envie de me cogner 4 heures sur les petites routes de montagne pour qu’elle puisse retrouver ses amis pour une randonnée au milieu d’un million de touristes,  à recevoir un ami qui ne serait pas un scooter bout de ponton, juste un ami, pendant une semaine, et à ton avis il dort où le scooter bout de ponton qui n’est qu’un ami ? (mais celui-là, je l’aime bien) à passer deux heures à cuisiner pour 5 et m’entendre dire à 20 heures que ah ben non, on ne mange pas là ce soir, à lui gueuler dessus parce que ici c’est pas un hôtel et qu’elle pourrait au moins laver son bol de petit déjeuner.

 

Je suis rassurée, Planeuse est toujours là ! 

Et toi ? tu deviens quoi ?